Portraits de passionnés

Carine KALOUDJIAN

Fromagerie Kalou (13)

Après 6 ans comme cadre commerciale, Carine KALOUDJIAN décidé de se reconvertir et de devenir crémière-fromagère. En 2014-2015, elle a effectué un CQP à l’IFOPCA en alternance chez la « Fromagerie Lemarié » et « Granny Fromages ». 

Carine KALOUDJIAN

Depuis quand êtes-vous crémière-fromagère ?

Je peux dire que je le suis depuis Juillet 2015, date d’obtention de mon CQP. J’ai ouvert ma fromagerie depuis le 29 septembre 2015 sur Marseille.

Pourquoi devenir crémière-fromagère ?

Je suis une épicurienne et passionnée de fromages depuis longtemps. J’avais également l’envie de monter mon entreprise et d’être plus proche du consommateur et du produit. Pour moi le fromage est un des produits les plus nobles de la gastronomie française. Il englobe son terroir, les hommes qui le produisent, l’histoire de France, les techniques de production, la sauvegarde des traditions, de multiples accords, etc. J’avais donc envie de représenter cette richesse, de participer à sa préservation et d’être plus en accord avec mes valeurs profondes. 

Quelle est votre spécialité ?

J’ai beaucoup de plaisir à faire des plateaux de fromages prédécoupés. Ils sont à chaque fois différents selon mon inspiration du jour. J’aime surprendre le client avec des formes et mises en scène différentes. Je propose aussi des plateaux d’accord avec du vin ou de la bière. 

Quel est votre fromage préféré ?

C’est dur d’en choisir un ! Mais ceux qui me viennent en premier sont le Cantal Entre-deux, le Brocciu Passu et l’Abondance. 

Un conseil pour les futurs crémiers-fromagers ?

Mûrir son projet et prendre le temps de se former avant de se lancer que ce soit à son compte ou en tant qu’employé. C’est un métier où il faut continuellement se former, on apprend tous les jours.
Aimer, bichonner le produit et aller régulièrement à la rencontre des producteurs. Et surtout faire travailler les petits producteurs qui se battent au quotidien pour préserver les traditions, respecter la nature et leurs bêtes. Je pense que c’est notre mission de sélectionner les produits en fonction de ce critère et de résister contre la standardisation du goût et l’aseptisation que veulent imposer les industriels.