Portraits de passionnés

Sten MARC

Marchés dans le Nord Finistère (29)

Issu d’une famille de crémier-fromager, il s’est éloigné du métier au début de sa carrière professionnelle, pour mieux y revenir très rapidement !

Sten MARC

Depuis quand êtes-vous crémier-fromager ?
Je suis officiellement à mon compte depuis 1996. Mais je connais le métier depuis l’âge de 9 ans. Au départ, je travaillais sur les marchés avec mes parents le samedi et pendant les vacances.
Après le bac, ma mère a insisté pour que je poursuive mes études. À la sortie de mon BTS de Vente j’ai intégré la Banque où j’y ai passé 4 ans tout en continuant mes études. Je l’ai quittée à 23 ans contre l’avis de mes parents mais ils m’ont soutenu.
J’ai démarré en empruntant pour acheter un camion magasin, en faisant les marchés que mes parents ne faisaient pas. J’ai construit ma clientèle de zéro, et petit à petit j’ai fait mon trou.

Pourquoi devenir crémier-fromager ?
J’ai toujours connu le métier mais ce n’est pas que cela : le marché, le contact avec la clientèle, l’ambiance, et surtout le produit fromage m’ont accroché dès le début. Il a fallu que j’y retourne !

Quelle est votre spécialité ?
Fromager de l’extrême les jours de marchés avec 130 km/h de vent !
Plus sérieusement, je pense que l’on doit essayer d’être bon partout : mise en scène des produits, plateaux et déco font partie de notre quotidien. Et depuis quelques temps, mises en place de fabrications fromagères !

Quel est votre fromage préféré ?
Mon top 3 c’est le Darley (un fromage du coin, soyons chauvin !), le Morbier et un certain Camembert de Normandie fermier découvert récemment.

Un conseil pour les futurs crémiers-fromagers ?
La passion. Étant donné les heures de travail que cela représente, il faut vraiment accrocher au fromage ! Il faut aller voir les producteurs, aller voir en amont ce qui se passe, et travailler sur la plus belle qualité possible.